Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vous cherchez un job?

Recherche

10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 23:19

link

 

Cliquer sur (link) ci-dessus pour lire l'article

 

Malick Niang à Dakar


Téléphone : 77 531 34 35

10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 23:06

link

 

Cliquer sur (link) ci-dessus pour lire l'article

 

Malick Niang à Dakar

 

Téléphone : 77 531 34 35

6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 23:01
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 01:17
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 00:34
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 23:52
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 23:30

"A Bamako, j'ai joué à 50% de mes possibilités à cause d'une mauvaise organisation car, chaque année, le championnat d'Afrique change de système. Je me suis habitué à jouer un tournoi toutes rondes, comme en Gambie. Arrivé au Mali, à ma grande surprise, on me dit qu'on va jouer le système suisse. C'est déplorable. Un championnat d'Afrique n'est pas un open, ni un tournoi simple. Autre chose à déplorer, on jouait le matin alors que pour toutes les compétitions, on joue l'après-midi. J'ai demandé aux organisateurs les raisons pour lesquelles on jouait le matin, on m'a dit que c'est à cause du Mondial de Football. Grosso modo, le championnat d'Afrique au Mali a connu des couacs avec le changement de système et l'horaire des rencontres. Par ailleurs, sur le net, j'ai vu qu'on disait que j'ai laissé ma place à Mor Seck, car je voulais que le Sénégal ait un 7é GMI. Je précise que je ne lui ai pas laissé ma place. J'ai perdu contre lui comme un débutant. Mor Seck est un jeune talentueux et ambitieux. Il a bien travaillé pour arriver à ce stade. Je l'encourage et lui souhaite bone continuation".

 

Recueillie par Rougui A. Niane journaliste au quotidien sportif sénégalais (STADES) du mardi 29 juin 2010 

30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 22:59

"Même si toute la crème africaine était présente à Bamako avec 22 damistes, 2 parmi les 4 damistes qualifiés au Mondial sont des sénégalais. C'est vraiment une fierté. Mor Seck était bien parti pour être champion, mais il a fait un faux pas. C'est Dieu qui donne la victoire. Ndiaga Samb est aussi monté sur le podium. Les joueurs se sont bien comportés et je les remercie. Mor Seck a l'avenir devant lui. Il est l'espoir du jeu de dames sénégalais. Le Sénégal compte sur lui pour la relève."

 

Recueillie par Rougui A. Niane journaliste au quotidien sportif sénégalais (STADES) du mardi 29 juin 2010

30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 10:55

Un exploit, vice-champion au 14é championnat d'Afrique de jeu de dames, c'est ce qu'a réalisé Mor Seck en rentrant de Bamako. Mieux le sociétaire du club Soumbédioune a, dans la foulée, décroché la qualification au Mondial et est passé du grade de Maître Fédéral à celui de GMI. La nouvelle étoile du jeu de dames revient sur son aventure de Bamako.

Entretien : 

Mor Seck, vous êtes vice-champion d'Afrique. Qu'est-ce que cela vous fait ?

Je suis très content. Je remercie d'abord le Bon Dieu. Car, je ne m'y attendais pas. Parce que je ne m'étais pas préparé pour participer à ce championnat. Je remercie le Président Moustapha Diop, qui a revu à la hausse nos primes pour nous motiver. Je remercie l'ex-ministre des Sports, Mamadou Kamine Keita, qui nous a aussi accompagnés. Je dédie le trophée au Président de la République Maître Abdoulaye Wade.

Se qualifier pour la 1ère fois au Mondial, c'est un rêve qui se réalise ?

C'était mon plus grand rêve. Le Mondial, j'y songeais beaucoup. En Gambie (championnat d'Afrique de 2009), j'avais la chance de me qualifier, mais j'avais été victime du réglement. Cette fois a été la bonne. Le niveau était relevé. J'étais en face de grands damistes. Je n'ai pas eu de préparation, mais je me suis dit : "qui ne tente rien n'à rien. Je vais me battre pour mon pays". Et je pense que j'ai réalisé un exploit.

Comment avez-vous fait pour arriver en finale, sans préparation ?

Il n'y a pas de secret, seul le travail paye. J'y croyais et je me suis donné à fond.Même face aux GMI, je n'avais pas de pression. Je me disais que c'est le damier, seul le meilleur gagne. Le courage m'a permis d'accéder en finale. Lorsqu'on m'a appelé pour remplacer Macodou Ndiaye, je n'étais pas prêt.. C'est ma mère qui m'a poussé à y aller. Elle m'a rassuré, me disant que je pouvais partir tranquilement. Je pense que cela a beaucoup compté dans mes exploits.

Comment avez-vous accueilli votre grade de GMI ?

C'était un honneur. J'étais très heureux lorsqu'on m'a élevé au grade de GMI en si peu de temps. C'est vraiment quelque chose d'extraordinaire. Ce championnat restera le plus beau souvenir de ma vie.

Déjà, on vous présente comme le futur champion du Sénégal...

Je souhaite assurer la relève pour que le Sénégal garde son hégémonie de 1ère puissance africaine de jeu de dames, car mes aînés ont déjà assuré. Je suis déterminé à bien représenter mon pays partout dans le monde. Etre champion du Sénégal, c'est mon rêve. Depuis 2007, je figure toujours sur le podium final, mais je n'arrive pas à être champion. Je suis encore jeune et j'espère y arriver.

Comment comptez-vous préparer le Mondial 2011 ?

Je ferais tout pour améliorer mes performances. Je prie Dieu pour que cette compétition nous trouve en bonne santé, afin de bénéficier d'une bonne préparation. Il ne faut pas que ce qui nous est arrivé au championnat se répète. J'exhorte la Fédération et la tutelle à s'y atteler dès maintenant. Je lance aussi un appel aux autorités sénégalaises pour quelles nous accompagnent au Mondial, pour qu'on revienne avec des trophées.

 

Par Rougui A. Niane journaliste au quotidien sportif sénégalais (STADES) du mardi 29 juin 2010 

29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 10:58

Il faut regretter que les autorités du Ministère des Sports n'aient pas été présentes à l'accueil de nos champions qui ramènent dans leurs valises 2 qualifications au championnat du monde sur les 4 places réservées à l'Afrique. Malgré les 2 titres de vice-champions d'Afrique, les damistes sénégalais n'ont pas été accueillis au salon d'honneur. Heureusement que le peuple a accueilli ses champions avec tous les honneurs.

 

Rougui A. Niane journaliste au quotidien sportif sénégalais (STADES) du mardi 29 juin 2010