Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vous cherchez un job?

Recherche

14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 18:45

Publié le 26/10/2014

Par Pierre HIGELIN

Le journal du jour à partir de 0,79

Romilly-sur-Seine - C’est dans le cadre familial, avec son père et son grand-père, que ce passionné a commencé à jouer au jeu de dames à l’âge de 10 ans.

Stéphane Faucher, outre son métier de contrôleur de gestion, a une autre passion, le jeu de dames et les collections d’ouvrages français anciens sur ce jeu (livres, revues, articles de journaux, cartes postales).

Ce n’est qu’à ses 18 ans que s’est présentée à lui la possibilité d’intégrer un club, c’était à Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône. Lorsqu’il va pour la première fois au Damier Beaujolais, il est accueilli par le président qui lui signale que le tournoi annuel aura lieu le week-end suivant. La machine est lancée, il participe à ce tournoi le 11 mai 1980 en série promotion, la plus basse des séries. Les résultats sont sans appel, sur trois parties jouées, trois défaites ! Terrible désillusion pour celui qui pensait avoir acquis un certain niveau en jouant en famille.

Découverte de combinaisons

Cette première et douloureuse expérience va lui permettre de se remettre en question d’autant plus que l’un de ses proches lui offre un livre de vulgarisation sur le jeu de dames : « Pour mieux jouer aux dames » de René Polydor. Et là ses yeux se dessillent : « Outre la notation qu’il faut assimiler, la découverte de combinaisons insoupçonnées auparavant déclenche ma motivation à découvrir ce jeu tactique, mais d’abord stratégique ».

Six mois après, il participe au tournoi de Givors, en série promotion, dans lequel il obtient la moyenne. Tout en continuant à étudier le jeu avec acharnement, il enchaîne avec le championnat du Damier Beaujolais où il finit deuxième. Un score qui l’encourage. Très vite, ses efforts vont être récompensés. En 1983, il intègre définitivement le Damier lyonnais qui, avec les maîtres Mélinon, Post, Verse et Dubois et d’autres excellents joueurs, sera pour lui une très bonne école de formation et de progression.

Sa profession de cheminot lui vaudra plusieurs mutations au cours desquelles il adhérera aux clubs de dames locaux, le Damier cannetan (Le Cannet – Alpes-Maritimes) de 1986-1990, le damier des cheminots (Noisy-le-Sec – Seine-Saint-Denis) de 1990 à 2014. Durant une vingtaine d’années, il participera à de nombreux tournois et championnats, qu’ils soient départementaux, régionaux, nationaux ou internationaux dans lesquels il ne se contentera pas de figurer.

Aujourd’hui, joueur classé 12e au national, il fait le bonheur du Damier romillon et ce, depuis septembre 2014.

Pierre HIGELIN

Malick Niang à Dakar

Téléphone : 00 221 77 129 20 62

Courriel : malickniang2008@yahoo.fr

Partager cet article

14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 16:28

28/10/2014 05:21
C'est officiel ! Le prochain championnat de France de dame va se dérouler en août prochain à Tours, certainement au CFA des Douets. La dernière fois qu'un tel championnat (organisé depuis plus d'un siècle) s'est déroulé dans la ville, c'était en 1956.
La compétition réunira une centaine de concurrents pendant neuf jours. Tout le monde peut participer même s'il est tout de même préférable d'avoir le niveau requis, seniors comme jeunes de bon niveau. « Les gens seront ensuite repartis par poule en fonction du niveau et de leur classement national », explique Francis Levêque, le président du Damien tourangeau. Le club est chargé par la fédération française du jeu de dames d'organiser ce championnat qui devrait se dérouler du 15 au 23 août. Chaque joueur va prendre part à 11 parties pour décider du palmarès final.

Malick Niang à Dakar.

Téléphone : 00 221 77 129 20 62

Courriel : malickniang2008@yahoo.fr

Partager cet article

3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 11:58

29 novembre 2014

Société

89 lectures

Jugé illégal par un collectif de 14 clubs, le bureau de la ligue de jeu de dames du district reste impassible car protégé par certains services techniques.

Mis en place depuis le 31 août 2009 pour un mandat de 4 ans, le bureau de la ligue de jeu de dames du district de Bamako évolue dans l’illégalité. Au regard de son statut et des règlements, car son mandat devait prendre fin depuis le 31 août 2013.

En d’autres termes, ledit bureau aurait dû organiser depuis longtemps une assemblée générale élective. Visiblement, ce bureau est protégé par les services techniques de l’Etat, notamment la direction régionale des sports et le ministre des Sports. C’est pourquoi, malgré la mobilisation de 14 clubs membres de la ligue, qui ont saisi la direction nationale à cet effet, ils ne sont pas parvenus à avoir gain de cause. Par ailleurs, nos informations font état de la mauvaise foi manifeste de la directrice régionale des sports et son chargé des sports. Ces deux personnalités, censées être neutres, sont plutôt de connivence avec le bureau illégal.

«Malgré nos multiples démarches auprès des autorités, notamment le gouverneur du district de la transition et l’actuel, le maire central et la direction nationale et le ministre des Sports, nous n’avons pas eu satisfaction», a lancé un frondeur. Avant d’ajouter : «Nous avons été surpris du fait que le ministère des Sports soit incapable à présent de nous faire asseoir à la même table, au moins pour nos écouter».

Mais ce qui choque le collectif, c’est le fait que le bureau continue à organiser des compétitions sans faire appel aux véritables joueurs. Le constat est que le bureau illégal est aussi en complicité avec le président de la Fédération malienne de jeu de dames, et c’est avec ce dernier que des quêtes sont régulièrement organisées pour des intérêts personnels.

Ainsi, la plainte déposée en début de semaine auprès du tribunal de la commune III, par le collectif des 14 clubs de jeu de dames du district, dénonce la méthode illicite de la ligue et va certainement permettre un renouvellement des instances.

Paul MAHAMANE
Source: Le Reporter du 29 nov 2014

Partager cet article

14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 13:39

Mirepoix-sur-Tarn (31)

Les enfants en pleine réflexion lors du dernier tournoi. / Photo DDM.

Le club local Le Damier Mirapissien débute des ateliers jeu de dames au sein de l'école de Mirepoix-sur-Tarn. Ce travail fait suite à l'intervention des responsables du club durant l'année passée, deux séances par semaine auront lieu jusqu'au mois de mai.

Une vingtaine d'enfants participent à chaque cours, encadrés par un membre du club et le corps professoral. Le jeu de dames, par ses vertus pédagogiques et ludiques, est une activité porteuse pour les enfants. Ce travail commence à porter ses fruits car certains jeunes arrivent à développer un jeu réfléchi, posé, structuré.

En fin d'année scolaire, le club organisera un tournoi sur le modèle de celui de juin dernier.

Les responsables du Damier Mirapissien tiennent à remercier les enseignants de l'école du Soulèdre pour l'intérêt et la confiance qu'ils leur accordent et c'est avec un plaisir certain qu'ils se réengagent dans cette expérience.

La Dépêche du Midi

Partager cet article

23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 11:55

lundi 22 septembre 2014

Le rideau est tombé sur le 7ème championnat national individuel des séniors de la Fédération burkinabè de jeu de dames qui a démarré le 13 septembre dernier au Palais de la Jeunesse et de de la Culture Jean-Pierre Guingané à Ouagadougou. La cérémonie de clôture officielle qui a eu lieu dans l’après-midi de dimanche, 21 septembre a été marquée par la récompense des meilleurs compétiteurs de l’édition avec en sus, Dasmané Ouédraogo, comme champion pour la 6ème fois.

Participation record, selon les organisateurs. Ils étaient 94 challengers venus de plusieurs clubs de Ouagadougou et de l’intérieur du pays à prendre part à cette édition qui s’est déroulée du 13 au 21 septembre. Trois (3) catégories (appelées séries dans la discipline) ont pris part au championnat national 2014. Il s’agit de la série « Promotion » (les minimes en quelque sorte), la série « Excellence » (équivalent de la 2ème division en football) et la série « National » (division d’élite). L’instauration, cette année, de la série « Promotion » vise, selon le président de la Fédération burkinabè de Jeu de dames (FBJD), Guibrine Sawadogo, à préparer la relève. Elle est constituée d’élèves et d’étudiants. La compétition s’est étalée sur 9 rounds (qui correspondent à des journées) et chaque joueur a disputé 9 matchs selon un système appelé « système suisse » qui permet de sélectionner, en si peu de matchs, les meilleurs joueurs « selon la simple logique que les vainqueurs s’affrontent, les vaincus se rencontrent et ceux qui se sont neutralisés également se rencontrent entre eux ». A l’issue du championnat, et en fonction des performances, un compétiteur peut être qualifié pour jouer le niveau national l’an prochain ou relégué en division inférieure.

Cette année, ils sont au total, 94 compétiteurs à prendre part au championnat national. Et à l’issue des rounds de compétition, c’est « encore » Dasmané Ouédraogo qui s’est montré intraitable. Champion de l’édition 2013, Dasmané Ouédraogo vient d’imposer son règne sur le championnat 2014. Ce qui fait la 6ème édition qu’il remporte sur les 7 éditions organisées. Ce qui fait dire au président de la fédération qu’il a une mainmise sur la discipline au Burkina, même s’il reconnaît par ailleurs une montée importante d’autres compétiteurs liée au niveau général du championnat au fil des éditions. Dans la compétition, il faut mentionner la prestation de la gent féminine dont Aguératou Ganamé qui a tenu en respect certains de ses adversaires. Sociétaire du club « ADC » de Ouagadougou, Aguératou Ganamé est à sa deuxième participation et ne cache pas sa passion pour les jeux de dames. Après une prestation saluée par les organisateurs et l’ensemble du public, elle dit avoir désormais les regards tournés vers la 8ème édition prévue pour 2015.

L’échiquier international dans le viseur

Les résultats du championnat national serviront aussi à mieux préparer les compétitions internationales, notamment par le repérage de meilleurs « pions ». « Si tout va bien, nos meilleurs joueurs pourront représenter le pays en 2015 sur les scènes internationales », a annoncé le président de la fédération, Guibrine Sawadogo. C’est certainement pourquoi s’est-il réjouit non seulement de l’engouement au fil des ans mais surtout de la grimpée du niveau de la compétition. Pour se donner les moyens de son ambition clairement affichée, le bureau de la fédération a apporté des innovations à l’édition 2014 du championnat. « Nous avons introduit une nouvelle série de jeunes scolaires que nous avons initiés au jeu de dame ; ils se sont affrontés entre eux pour juste un début et la formation de ces jeunes va se poursuivre pour introduire ce jeu au niveau de l’USSU-BF.

L’autre innovation majeure, c’est la compétition par série, en lieu et place de la compétition par phases éliminatoires et phases finales. Il y a, en outre, l’introduction de pendules électroniques qui nous permettent de jouer avec les cadences modernes », a expliqué M. Sawadogo.

Le ministère des sports et loisirs a salué la qualité de l’organisation « malgré le peu de moyens dont dispose la fédération » avant d’exhorter tous les acteurs à maintenir le cap. Toute chose qui réjouit sans doute la fédération de Guibrine Sawadogo qui demande plus d’accompagnement pour organiser le championnat dans des cadres encore plus appropriés à la pratique de la discipline.

En outre, Guibrine Sawadogo a dit la reconnaissance de sa fédération pour avoir bénéficié du soutien matériel de la Fédération mondiale du jeu de dames et des documents pour les clubs ; ce qui, de son avis, va contribuer à faire monter encore le niveau.

Créée en 2008, la discipline connaît un engouement au fil des éditions. Mieux, malgré son jeune âge, la Fédération burkinabè de jeu de dames a déjà engrangé des exploits à travers des compétitions internationales notamment en France, aux Pays-Bas et, tout dernièrement, au Niger dans le mois d’août.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Partager cet article

17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 11:03

mercredi 17 septembre 2014

Le championnat national 2014 de jeu de Dames se déroule du 14 au 21 septembre à Ouagadougou. Pour le sacre national, 96 joueurs dont le champion sortant, Dasmané Ouédraogo, rivalisent de talents au Palais de la Culture Jean-Pierre Guingané. Le coup d’envoi a été donné dans la matinée du dimanche 14 septembre dernier par le Directeur général des Loisirs, Ernest Zèba.

Quatre-vingt-seize joueurs pour une place. Le titre de champion national de jeu de Dames est certainement l’un des plus convoités dans le milieu des loisirs burkinabè. Venus de plusieurs clubs de Ouagadougou et de l’intérieur du pays, ils rivalisent de talents et surtout de savoir-calculer. Ils sont répartis en 3 catégories : nationale, excellence et Promotion pour les scolaires. Cette dernière série, de l’avis du président de la Fédération burkinabè de Jeu de Dames (FBJD), Guibrine Sawadogo, participe de la volonté de son bureau de préparer la relève.

Jeu de Dames, une discipline qui s’impose

Le Jeu de Dames enregistre chaque année de nouveaux adhérents. C’est ce qu’indique le nombre croissant des joueurs qui prennent part au championnat national. Ils étaient 40 en 2009 à prendre part à la compétition nationale. Pour la saison 2009-2010, leur nombre était de 72, en 2010-2011, ce sont 80 joueurs qui y prenaient part et en 2011-2012, la Fédération avait enregistré 84 inscrits.

Ce nombre croissant a aussi rapporté des lauriers au Burkina Faso. Ainsi, à l’Open international de Cannes en France, qui a eu lieu en février 2014, auquel ont pris part 7 Grands maîtres internationaux, 6 Maîtres nationaux et 13 Maîtres fédéraux, Adama Koné, maître fédéral burkinabè, a occupé la 3e place. Cette performance lui a valu une nouvelle invitation en juillet dernier pour une autre compétition à Amsterdam aux Pays Bas.

Dasmané Ouédraogo, champion national 2013, est aussi l’un des porte-drapeaux burkinabè connu internationalement. Du 10 au 25 aout dernier à Niamey, où il a pris part au 16e Championnat d’Afrique de Jeu de Dames, il a occupé la 8e place au classement général.

Si ces lauriers font honneur au Burkina Faso, ils sont à mettre à l’actif de l’équipe dirigeante actuelle qui a su réveiller chez les joueurs l’envie de gagner. Dans cette veine, une enveloppe de 600 000FCFA sera distribuée sous forme de primes aux 4 meilleurs de chaque catégorie.

Pour ce championnat national, les compétiteurs joueront en séries en lieu et place de 2 tours et la cadence du jeu sera de 1 h20 +1 minute par coup joué. Cette nouvelle cadence est appelée « système fischer ».

Pour sa part, le directeur général des loisirs a appelé les concurrents et partant tous ceux qui pratiquent le Jeu de Dames à rester soudés au tour de la Fédération. « Car, dit-il, le meilleur reste à venir ».

Jacques Théodore Balima
Lefaso.

Partager cet article

3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 14:58

Le jijelien Samir Birouk a démontré une supériorité incontestée dans le jeu de dames, en battant le champion de l'édition 2014, Smail Lahouel, lors du festival consacré à ce sport cérébral du 29 au 31 août dernier à Jijel. Birouk qui s'est vu décerner le titre envié de «King of the Kings» a reçu pour l'occasion un trophée et un diplôme d'honneur mis en jeu par l'association «Es-Safir» pour la promotion du tourisme présidée par Bilal Boudjaadar. Ce festival qui a eu pour cadre la placette attenante au musée Kotama, dans le centre de la ville de Jijel a réuni autour des damiers seize (16) participants, férus de ce jeu de société combinatoire. De nombreux estivants, en séjour sur la corniche jijelienne, se sont vivement intéressés aux compétitions souvent passionnées, disputées chaque soir à partir de 21 heures.
«Ce festival a pour objectif de promouvoir les jeux traditionnels et populaires en tant que patrimoine immatériel,» a indiqué M. Boudjaadar qui s'est félicité de la bonne organisation et du niveau de la compétition.

Partager cet article

1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 15:10

La Fédération Mondiale de jeu de dames (FMJD) qui est basée en Hollande établit le 1er de chaque mois le classement des damistes du monde entier.

Voici celui de l'Afrique pour ce qui concerne le mois de septembre 2014 :

 

1er Flauber Ndonzi (Cameroun)

2é Jean Marc Ndjofang (Cameroun

3é Macodou Ndiaye (Sénégal)

4é Joél Atsé (Côte d'Ivoire)

5é Bassirou Bâ (Sénégal)

6é Ndiaga Samb (Sénégal)

7é Thomy Lucien Mbongo (Cameroun)

8é Joachim Adonis Ano (Côte d'Ivoire)

9é Léopold Kouogueu (Cameroun)

10é Massinga Damien Aligna (Cameroun)

11é Jean Claude Ahon (Côte d'Ivoire)

12é Bruno Fopa (Cameroun)

13é Egire Eugene Aman (Côte d'Ivoire)

14é Mor Seck (Sénégal)

15é Luc Bayo (Cameroun)

16é Edmond Antoine Beugre (Côte d'Ivoire)

17é Desire Lazare Ndjib (Cameroun)

18 Ibrahim Adiatu Adesoji (Côte d'Ivoire)

19é Aime Huobi Gouri (Côte d'Ivoire)

20é Daouda Soumah (Guinée)

 

Malick Niang à Dakar (Sénégal)

 

Téléphone : 00 221 77 129 20 62

 

Courriel : malickniang2008@yahoo.fr

 

PSEUDO SKYPE : malickniang2006 


 

Partager cet article

30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 14:04

link

 

Cliquez ci-dessus sur (link) pour lire l'article

Partager cet article

30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 13:54

link

 

Cliquez ci-dessus sur (link) pour lire les articles.

Partager cet article