Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vous cherchez un job?

Recherche

1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 12:48

Dans le cadre du dispositif d’accompagnement scolaire Diapason, le centre social La Bourgogne-Pont de Neuville recherche des bénévoles pour initier les élèves à différents jeux, après la classe. Daniel Poisson s’y adonne avec passion. Ancien professeur d’université, il a dirigé le département mathématiques du CUEPP. Rencontre.

En quoi consiste votre mission ? À la Bourgogne, j’ai initialisé le dispositif consistant à intégrer les jeux dans Diapason. J’y vais tous les jeudis, pour une séance avec des gamins de cours préparatoire. J’ai potentiellement une centaine de jeux, plus ceux qui sont strictement mathématiques. Au début, il s’agit d’en comprendre les règles et les expliquer aux autres. Généralement, les enfants lisent mal et ne saisissent pas les consignes. Deuxième étape : on joue le mieux possible. Et dans un troisième temps, on fabrique le jeu, l’objectif étant que les enfants jouent en famille.

Vous êtes intervenu dans d’autres quartiers ? À La Fabrique et au Virolois, afin de concevoir des outils pédagogiques et de former les animateurs, pour qu’ils prennent le relais.

Les enfants ont bien accroché ? Ça a relativement bien marché. Le solitaire, c’est un jeu qu’ils ne connaissaient pas la plupart du temps. On a fabriqué des patrons, on a découpé, tracé des traits propres. Il y a tout une partie axée sur le soutien scolaire. Le but n’est pas de mettre les enfants en échec. Je les ai initiés au jeu de dames, avec douze pièces au lieu de vingt. On l’a aussi détourné pour jouer à quatre, en équipe. On a également créé un plateau de dames chinoises grand format, pour faire la démonstration, avec du carton et du tissu. Je prends ce que j’ai sous la main.

« On n’a pas le monopole des jeux intelligents »

Vous avez créé un jeu de dames avec des bouchons en plastique… L’idée est d’aller contre la société de consommation. Fabriquer des jeux avec des choses qu’on allait jeter. Après, il y a d’autres pistes, comme les jeux coopératifs, les jeux dans le monde. On peut créer des choses plus jolies, mais dans ce cas ça devient un atelier.

D’où vous vient cet intérêt pour le jeu ? Au CUEPP, qui avait une éthique d’éducation permanente, j’ai enseigné les mathématiques à des adultes à faible niveau de qualification. Quand le CUEPP a restructuré ses activités, j’ai pu récupérer ce fonds, qui aurait été perdu. J’avais travaillé avec mes petits-enfants. Moi-même, j’ai beaucoup appris en jouant avec mon grand-père. Je joue aussi avec ma petite-fille, qui s’est prise au jeu de fabriquer des jeux, elle aussi ! Cette notion intergénérationnelle est essentielle.

Quel est votre objectif ? Rendre les animateurs autonomes. Je pense pouvoir réussir, ils s’y sont mis. J’ai aussi envie de montrer qu’il existe des jeux différents dans tous les pays du monde. On n’a pas le monopole des jeux intelligents. J’aimerais trouver un parent d’élève qui saurait jouer à des jeux africains. J’ai été très surpris que des Roms sachent jouer à la marelle. C’est aussi introduire une certaine forme d’interculturalité.

«Le jeu permet aux enfants de canaliser leur énergie»

Tous les soirs après l’école, après les TAP (temps d’activités périscolaires), 90 élèves (issus de trois écoles, Camus, Claudel et Sainte-Clothilde) se retrouvent, chaque semaine, au centre social de la Bourgogne-Pont de Neuville. Au programme : d’abord les devoirs. Ensuite, place au jeu, activité développée depuis un an. « Certains savent déjà jouer, d’autres pas, mais tous peuvent s’améliorer, constate Ali Fradj, animateur de Diapason. On leur montre la stratégie. S’ils jouent à plusieurs, ils doivent apprendre à communiquer. À ne pas faire leur loi. En fait, on les prépare pour l’avenir, pour qu’ils se débrouillent seuls. »

Qu’enfants et parents jouent ensemble

Ce lundi-là, c’est partie de dames pour tout le monde. Lina, 8 ans, tente une manœuvre proscrite par les règles du jeu, se reprend aussitôt. « À la maison, je joue aux dames avec mon père, qui sait jouer, et ma sœur, que j’essaie d’aider ». C’est précisément l’objectif de l’initiative. « À long terme, ce ne peut être que positif, estime Sabria Mekhannene, coordinatrice de Diapason. Le jeu permet de travailler tout le raisonnement, la vision dans l’espace, la concentration. Les enfants ont du mal à tenir en place, à canaliser leur énergie. L’année dernière déjà, on voyait la différence entre le moment où ils arrivaient et celui où ils partaient. »

Sabria Mekhannene espère créer un club destiné aux enfants mais aussi aux parents, pour jouer ensemble aux dames et aux échecs : « C’est le prochain défi à relever. »

Diapason, c’est quoi?

Le dispositif Diapason est un programme expérimental qui se manifeste de façon unique à Tourcoing par le maillage des écoles et des centres sociaux, mais qui existe dans d'autres académies sous d’autres formes. La complémentarité entre les enseignants, garants de l’approche pédagogique des ateliers, et les travailleurs sociaux, forts de leur proximité avec les familles, permet à des écoliers d’éviter l’échec scolaire en acquérant, de façon ludique, une méthodologie de compréhension et d’apprentissage.

commentaire : *

Partager cet article

25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 11:08

Les enfants des écoles s'affrontent aux dames

24/02/2015 05:29

Pour la 2e année consécutive le Damier tourangeau organisait un tournoi de jeu de dames pour les enfants pratiquant le jeu de dames à l'école pendant les Tap. Une douzaine d'enfants représentant 5 écoles se sont opposés dans une très bonne ambiance au bar de la Chevalerie, lieu des rencontres habituelles du club le samedi après midi.

Les enfants ont été groupés en 2 séries de niveau. Chez les CP-CE1, Owen (école Saint Exupéry) a remporté toutes ses parties. Pour les plus grands (série CE2-CM) Orlanne (école Michelet) a confirmé ses victoires de l'an dernier. Elle évolue maintenant au club de Tours (le Damier tourangeau) dont la composition inclue désormais 8 jeunes. Nathanael (école Jean-de-la-Fontaine) se classe 2e devant Milena (école Camus) et Boban (école Saint-Exupéry).
Tous les participants ont fait preuve de sérieux et d'attention sous le regard des joueurs du club. Ils sont invités au prochain tournoi qui aura lieu en avril et qui sera sans doute qualificatif pour le championnat de France des jeunes comme ont pu y participer d'autres joueurs l'an dernier.
La pratique régulière du jeu de dames pendant les Tap apporte aux enfants une aide au développement des compétences (analyse, imagination de scénarios abstraits, etc.) qu'ils réinvestissent ensuite dans l'évolution scolaire. Tout en s'amusant, ils découvrent ainsi un jeu de réflexion et ils perpétuent la culture populaire.

Partager cet article

14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 13:38

réagir(0)

Jean-Louis Jouet, vendômois depuis 72 ans et passionné du jeu de dames, a été à l'initiative avec sept camarades de la création du Damier vendômois, il y a dix ans. « Au départ on jouait à l'AVF, mais pour avoir des créneaux plus larges et faire des compétitions (contraires aux statuts de l'AVF), on a été obligé de créer le club. »

Aujourd'hui, Jean-Louis s'investit toujours dans le Damier vendômois en tant que secrétaire de l'association et aussi en tant qu'animateur bénévole et joueur. « Nous sommes actuellement 30 membres actifs, ce qui permet un bon brassage et de ne pas toujours jouer avec les mêmes personnes. Les clubs ont du mal à recruter de nouveaux membres. Les échecs sont davantage mis en valeur. Mais nous sommes quand même le club avec le plus de joueurs après Le Mans dans la ligue de Normandie. »
Jean-Louis a été initié au jeu de dames par son frère dans les années soixante-dix. Il s'y est mis à fond à l'heure de la retraite. « La stratégie est tantôt simple, tantôt complexe. Le jeu permet de développer l'imagination, la concentration et l'anticipation. Il y a un contraste entre la simplicité des règles et une infinité de possibilités d'actions. En plus, je n'aime pas les jeux de hasard et là pas de hasard : chacun se débrouille avec ses vingt pions! »
Ancien judoka et professeur de judo à Vendôme et à Droué, Jean-Louis trouve des similitudes entre la pratique du judo et le jeu de dames. « Dans les deux cas, il faut adapter sa stratégie et saisir les opportunités. Il faut mener le combat jusqu'au bout même si on est en minorité, ne pas abandonner car une faute de l'adversaire reste toujours possible. »
Jean-Louis Jouet fera partie des dix joueurs qui affronteront en parties simultanées et en public, Jean-Pierre Rabatel, grand maître national. Une première pour lui et Vendôme, mais pas d'entraînement spécifique prévu, les trois championnats en cours suffisent amplement.

Samedi, à partir de 15 h, dans les locaux de la ludothèque, école Francis-Bretheau, à Vendôme, Jean-Pierre Rabatel jouera en parties simultanées contre 10 joueurs du Damier vendômois, démonstration ouverte au public.

contact

> Si vous avez envie de nous faire partager votre passion en vous retrouvant le mercredi dans cette rubrique « loisirs passion » ou « sports passion », nous contacter au 02.54.77.06.10, ou par courriel : nr.vendome@ nrco.fr

réagir(0)

Jean-Louis Jouet, vendômois depuis 72 ans et passionné du jeu de dames, a été à l'initiative avec sept camarades de la création du Damier vendômois, il y a dix ans. « Au départ on jouait à l'AVF, mais pour avoir des créneaux plus larges et faire des compétitions (contraires aux statuts de l'AVF), on a été obligé de créer le club. »

Aujourd'hui, Jean-Louis s'investit toujours dans le Damier vendômois en tant que secrétaire de l'association et aussi en tant qu'animateur bénévole et joueur. « Nous sommes actuellement 30 membres actifs, ce qui permet un bon brassage et de ne pas toujours jouer avec les mêmes personnes. Les clubs ont du mal à recruter de nouveaux membres. Les échecs sont davantage mis en valeur. Mais nous sommes quand même le club avec le plus de joueurs après Le Mans dans la ligue de Normandie. »
Jean-Louis a été initié au jeu de dames par son frère dans les années soixante-dix. Il s'y est mis à fond à l'heure de la retraite. « La stratégie est tantôt simple, tantôt complexe. Le jeu permet de développer l'imagination, la concentration et l'anticipation. Il y a un contraste entre la simplicité des règles et une infinité de possibilités d'actions. En plus, je n'aime pas les jeux de hasard et là pas de hasard : chacun se débrouille avec ses vingt pions! »
Ancien judoka et professeur de judo à Vendôme et à Droué, Jean-Louis trouve des similitudes entre la pratique du judo et le jeu de dames. « Dans les deux cas, il faut adapter sa stratégie et saisir les opportunités. Il faut mener le combat jusqu'au bout même si on est en minorité, ne pas abandonner car une faute de l'adversaire reste toujours possible. »
Jean-Louis Jouet fera partie des dix joueurs qui affronteront en parties simultanées et en public, Jean-Pierre Rabatel, grand maître national. Une première pour lui et Vendôme, mais pas d'entraînement spécifique prévu, les trois championnats en cours suffisent amplement.

Samedi, à partir de 15 h, dans les locaux de la ludothèque, école Francis-Bretheau, à Vendôme, Jean-Pierre Rabatel jouera en parties simultanées contre 10 joueurs du Damier vendômois, démonstration ouverte au public.

contact

> Si vous avez envie de nous faire partager votre passion en vous retrouvant le mercredi dans cette rubrique « loisirs passion » ou « sports passion », nous contacter au 02.54.77.06.10, ou par courriel : nr.vendome@ nrco.fr

Partager cet article

1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 11:26

Comment se sont déroulés les Jeux mondiaux de l’esprit auxquels vous avez pris part en Chine récemment ?

Je reviens des Jeux mondiaux de l’esprit auréolé d’une médaille d’or en jeu de dames.
Je faisais partie des 16 compétiteurs dans cette catégorie. Il y avait trois épreuves.
C’est au cours de la dernière que j’ai pu décrocher la médaille d’or. Il s’agissait d’une partie rapide où chaque joueur dispose de 5 minutes plus 2 secondes par coup ajoutés pour battre son adversaire. La compétition était très relevée. Je suis particulièrement ému car il s’agit de ma première médaille d’or dans une pareille compétition au niveau mondial, même si je suis vice-champion du monde actuellement. Ce titre me permet de terminer la saison sportive en apothéose. J’ai déjà été médaillé de bronze cette année lors des championnats d’Afrique à Niamey au Niger.

Quelles sont vos perspectives pour la saison prochaine ?
Dans trois mois, en ma qualité de challenger, je vais défier en duel le Russe Alexander Georgiev,

champion du monde en titre.
Le match se tiendra au Pays-Bas et en Russie en 2015. Le vainqueur de ce duel sera désigné champion du monde. Le titre est remis en jeu et moi je le vise en tant que vice-champion du monde. Je vais très vite me remettre au travail pour préparer cetteé chéance importante.

C’est tout de même un sacré défi pour vous, au regard de la carte de visite de votre prochain adversaire...
En effet, il est clair que le Russe Alexander Georgiev est très fort. Il a déjà été sept fois champion du monde. Il a tout gagné et est naturellement le favori sur le papier. Il faut être honnête avec soi-même et reconnaître son potentiel. Mais nous sommes en sport.
C’est un match et chacun a ses chances.
Nous nous connaissons assez bien. Je pense qu’avec de la détermination, le soutien des pouvoirs publics et du peuple camerounais, je pourrai donner le meilleur de moi-même pour être au niveau et relever ce défi, afin que le titre de champion du monde revienne au Cameroun. Par ailleurs, dans ce genre de compétition, il faut non seulement être prêt techniquement, mais avoir aussi un peu de baraka et de chance. Nous allons essayer de faire mentir les pronostics.

Propos recueillis par Steve LIBAM

Malick Niang à Dakar (Sénégal)

Téléphone : 00 221 77 129 20 62

Courriel : malickniang2008@yahoo.fr

Partager cet article

1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 11:18
Explorez tous les univers de jeu

Des animations et des tournois pour tous !

Que vous veniez seul, entre amis ou en famille, que vous apparteniez au cercle des grands champions, des " gamers " ou que vous soyez un joueur occasionnel, embarquez dans un voyage intergénérationnel où petits et grands partageront de grandes émotions en découvrant la richesse de la création ludique actuelle !

Les plus importants acteurs du monde du jeu seront présents et plus de 300 auteurs de jeux sont attendus !

  • Jeux de société: best-sellers, nouveautés et avant-premières, prototypes…
  • Jeux traditionnels : Echecs, Jeu de Dames, Bridge, Belote, Rami, Tarot, Scrabble, Othello, Dominos, Backgammon, Shogi, Jeu de Go, Awalé, Carrom, Mah-Jong...
  • Jeux de Simulation : Jeux de Rôle, Grandeurs Natures, Wargames Historiques et Fantastiques, Figurines…
  • Jeux vidéo : freeplay, tournois, démos, initiations, avant-premières et nouveautés sur console et PC.

Téléchargez l'avant-programme 2015 : www.festivaldesjeux-cannes.com/Documents/D%C3%A9pliant%20OK.jpg

Publié le 30 décembre 2014 par Emmanuel Forsans

Partager cet article

14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 18:45

Publié le 26/10/2014

Par Pierre HIGELIN

Le journal du jour à partir de 0,79

Romilly-sur-Seine - C’est dans le cadre familial, avec son père et son grand-père, que ce passionné a commencé à jouer au jeu de dames à l’âge de 10 ans.

Stéphane Faucher, outre son métier de contrôleur de gestion, a une autre passion, le jeu de dames et les collections d’ouvrages français anciens sur ce jeu (livres, revues, articles de journaux, cartes postales).

Ce n’est qu’à ses 18 ans que s’est présentée à lui la possibilité d’intégrer un club, c’était à Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône. Lorsqu’il va pour la première fois au Damier Beaujolais, il est accueilli par le président qui lui signale que le tournoi annuel aura lieu le week-end suivant. La machine est lancée, il participe à ce tournoi le 11 mai 1980 en série promotion, la plus basse des séries. Les résultats sont sans appel, sur trois parties jouées, trois défaites ! Terrible désillusion pour celui qui pensait avoir acquis un certain niveau en jouant en famille.

Découverte de combinaisons

Cette première et douloureuse expérience va lui permettre de se remettre en question d’autant plus que l’un de ses proches lui offre un livre de vulgarisation sur le jeu de dames : « Pour mieux jouer aux dames » de René Polydor. Et là ses yeux se dessillent : « Outre la notation qu’il faut assimiler, la découverte de combinaisons insoupçonnées auparavant déclenche ma motivation à découvrir ce jeu tactique, mais d’abord stratégique ».

Six mois après, il participe au tournoi de Givors, en série promotion, dans lequel il obtient la moyenne. Tout en continuant à étudier le jeu avec acharnement, il enchaîne avec le championnat du Damier Beaujolais où il finit deuxième. Un score qui l’encourage. Très vite, ses efforts vont être récompensés. En 1983, il intègre définitivement le Damier lyonnais qui, avec les maîtres Mélinon, Post, Verse et Dubois et d’autres excellents joueurs, sera pour lui une très bonne école de formation et de progression.

Sa profession de cheminot lui vaudra plusieurs mutations au cours desquelles il adhérera aux clubs de dames locaux, le Damier cannetan (Le Cannet – Alpes-Maritimes) de 1986-1990, le damier des cheminots (Noisy-le-Sec – Seine-Saint-Denis) de 1990 à 2014. Durant une vingtaine d’années, il participera à de nombreux tournois et championnats, qu’ils soient départementaux, régionaux, nationaux ou internationaux dans lesquels il ne se contentera pas de figurer.

Aujourd’hui, joueur classé 12e au national, il fait le bonheur du Damier romillon et ce, depuis septembre 2014.

Pierre HIGELIN

Malick Niang à Dakar

Téléphone : 00 221 77 129 20 62

Courriel : malickniang2008@yahoo.fr

Partager cet article

14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 16:28

28/10/2014 05:21
C'est officiel ! Le prochain championnat de France de dame va se dérouler en août prochain à Tours, certainement au CFA des Douets. La dernière fois qu'un tel championnat (organisé depuis plus d'un siècle) s'est déroulé dans la ville, c'était en 1956.
La compétition réunira une centaine de concurrents pendant neuf jours. Tout le monde peut participer même s'il est tout de même préférable d'avoir le niveau requis, seniors comme jeunes de bon niveau. « Les gens seront ensuite repartis par poule en fonction du niveau et de leur classement national », explique Francis Levêque, le président du Damien tourangeau. Le club est chargé par la fédération française du jeu de dames d'organiser ce championnat qui devrait se dérouler du 15 au 23 août. Chaque joueur va prendre part à 11 parties pour décider du palmarès final.

Malick Niang à Dakar.

Téléphone : 00 221 77 129 20 62

Courriel : malickniang2008@yahoo.fr

Partager cet article

3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 11:58

29 novembre 2014

Société

89 lectures

Jugé illégal par un collectif de 14 clubs, le bureau de la ligue de jeu de dames du district reste impassible car protégé par certains services techniques.

Mis en place depuis le 31 août 2009 pour un mandat de 4 ans, le bureau de la ligue de jeu de dames du district de Bamako évolue dans l’illégalité. Au regard de son statut et des règlements, car son mandat devait prendre fin depuis le 31 août 2013.

En d’autres termes, ledit bureau aurait dû organiser depuis longtemps une assemblée générale élective. Visiblement, ce bureau est protégé par les services techniques de l’Etat, notamment la direction régionale des sports et le ministre des Sports. C’est pourquoi, malgré la mobilisation de 14 clubs membres de la ligue, qui ont saisi la direction nationale à cet effet, ils ne sont pas parvenus à avoir gain de cause. Par ailleurs, nos informations font état de la mauvaise foi manifeste de la directrice régionale des sports et son chargé des sports. Ces deux personnalités, censées être neutres, sont plutôt de connivence avec le bureau illégal.

«Malgré nos multiples démarches auprès des autorités, notamment le gouverneur du district de la transition et l’actuel, le maire central et la direction nationale et le ministre des Sports, nous n’avons pas eu satisfaction», a lancé un frondeur. Avant d’ajouter : «Nous avons été surpris du fait que le ministère des Sports soit incapable à présent de nous faire asseoir à la même table, au moins pour nos écouter».

Mais ce qui choque le collectif, c’est le fait que le bureau continue à organiser des compétitions sans faire appel aux véritables joueurs. Le constat est que le bureau illégal est aussi en complicité avec le président de la Fédération malienne de jeu de dames, et c’est avec ce dernier que des quêtes sont régulièrement organisées pour des intérêts personnels.

Ainsi, la plainte déposée en début de semaine auprès du tribunal de la commune III, par le collectif des 14 clubs de jeu de dames du district, dénonce la méthode illicite de la ligue et va certainement permettre un renouvellement des instances.

Paul MAHAMANE
Source: Le Reporter du 29 nov 2014

Partager cet article

14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 13:39

Mirepoix-sur-Tarn (31)

Les enfants en pleine réflexion lors du dernier tournoi. / Photo DDM.

Le club local Le Damier Mirapissien débute des ateliers jeu de dames au sein de l'école de Mirepoix-sur-Tarn. Ce travail fait suite à l'intervention des responsables du club durant l'année passée, deux séances par semaine auront lieu jusqu'au mois de mai.

Une vingtaine d'enfants participent à chaque cours, encadrés par un membre du club et le corps professoral. Le jeu de dames, par ses vertus pédagogiques et ludiques, est une activité porteuse pour les enfants. Ce travail commence à porter ses fruits car certains jeunes arrivent à développer un jeu réfléchi, posé, structuré.

En fin d'année scolaire, le club organisera un tournoi sur le modèle de celui de juin dernier.

Les responsables du Damier Mirapissien tiennent à remercier les enseignants de l'école du Soulèdre pour l'intérêt et la confiance qu'ils leur accordent et c'est avec un plaisir certain qu'ils se réengagent dans cette expérience.

La Dépêche du Midi

Partager cet article

23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 11:55

lundi 22 septembre 2014

Le rideau est tombé sur le 7ème championnat national individuel des séniors de la Fédération burkinabè de jeu de dames qui a démarré le 13 septembre dernier au Palais de la Jeunesse et de de la Culture Jean-Pierre Guingané à Ouagadougou. La cérémonie de clôture officielle qui a eu lieu dans l’après-midi de dimanche, 21 septembre a été marquée par la récompense des meilleurs compétiteurs de l’édition avec en sus, Dasmané Ouédraogo, comme champion pour la 6ème fois.

Participation record, selon les organisateurs. Ils étaient 94 challengers venus de plusieurs clubs de Ouagadougou et de l’intérieur du pays à prendre part à cette édition qui s’est déroulée du 13 au 21 septembre. Trois (3) catégories (appelées séries dans la discipline) ont pris part au championnat national 2014. Il s’agit de la série « Promotion » (les minimes en quelque sorte), la série « Excellence » (équivalent de la 2ème division en football) et la série « National » (division d’élite). L’instauration, cette année, de la série « Promotion » vise, selon le président de la Fédération burkinabè de Jeu de dames (FBJD), Guibrine Sawadogo, à préparer la relève. Elle est constituée d’élèves et d’étudiants. La compétition s’est étalée sur 9 rounds (qui correspondent à des journées) et chaque joueur a disputé 9 matchs selon un système appelé « système suisse » qui permet de sélectionner, en si peu de matchs, les meilleurs joueurs « selon la simple logique que les vainqueurs s’affrontent, les vaincus se rencontrent et ceux qui se sont neutralisés également se rencontrent entre eux ». A l’issue du championnat, et en fonction des performances, un compétiteur peut être qualifié pour jouer le niveau national l’an prochain ou relégué en division inférieure.

Cette année, ils sont au total, 94 compétiteurs à prendre part au championnat national. Et à l’issue des rounds de compétition, c’est « encore » Dasmané Ouédraogo qui s’est montré intraitable. Champion de l’édition 2013, Dasmané Ouédraogo vient d’imposer son règne sur le championnat 2014. Ce qui fait la 6ème édition qu’il remporte sur les 7 éditions organisées. Ce qui fait dire au président de la fédération qu’il a une mainmise sur la discipline au Burkina, même s’il reconnaît par ailleurs une montée importante d’autres compétiteurs liée au niveau général du championnat au fil des éditions. Dans la compétition, il faut mentionner la prestation de la gent féminine dont Aguératou Ganamé qui a tenu en respect certains de ses adversaires. Sociétaire du club « ADC » de Ouagadougou, Aguératou Ganamé est à sa deuxième participation et ne cache pas sa passion pour les jeux de dames. Après une prestation saluée par les organisateurs et l’ensemble du public, elle dit avoir désormais les regards tournés vers la 8ème édition prévue pour 2015.

L’échiquier international dans le viseur

Les résultats du championnat national serviront aussi à mieux préparer les compétitions internationales, notamment par le repérage de meilleurs « pions ». « Si tout va bien, nos meilleurs joueurs pourront représenter le pays en 2015 sur les scènes internationales », a annoncé le président de la fédération, Guibrine Sawadogo. C’est certainement pourquoi s’est-il réjouit non seulement de l’engouement au fil des ans mais surtout de la grimpée du niveau de la compétition. Pour se donner les moyens de son ambition clairement affichée, le bureau de la fédération a apporté des innovations à l’édition 2014 du championnat. « Nous avons introduit une nouvelle série de jeunes scolaires que nous avons initiés au jeu de dame ; ils se sont affrontés entre eux pour juste un début et la formation de ces jeunes va se poursuivre pour introduire ce jeu au niveau de l’USSU-BF.

L’autre innovation majeure, c’est la compétition par série, en lieu et place de la compétition par phases éliminatoires et phases finales. Il y a, en outre, l’introduction de pendules électroniques qui nous permettent de jouer avec les cadences modernes », a expliqué M. Sawadogo.

Le ministère des sports et loisirs a salué la qualité de l’organisation « malgré le peu de moyens dont dispose la fédération » avant d’exhorter tous les acteurs à maintenir le cap. Toute chose qui réjouit sans doute la fédération de Guibrine Sawadogo qui demande plus d’accompagnement pour organiser le championnat dans des cadres encore plus appropriés à la pratique de la discipline.

En outre, Guibrine Sawadogo a dit la reconnaissance de sa fédération pour avoir bénéficié du soutien matériel de la Fédération mondiale du jeu de dames et des documents pour les clubs ; ce qui, de son avis, va contribuer à faire monter encore le niveau.

Créée en 2008, la discipline connaît un engouement au fil des éditions. Mieux, malgré son jeune âge, la Fédération burkinabè de jeu de dames a déjà engrangé des exploits à travers des compétitions internationales notamment en France, aux Pays-Bas et, tout dernièrement, au Niger dans le mois d’août.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Partager cet article